Anne Bouvier : Toi, toi, mon choix

Anne Bouvier grimpe les échelons des récompenses théâtrales pas à pas. Molière 2016 de la comédienne dans un second rôle pour Le Roi Lear, puis Molière 2019 de la comédienne dans un spectacle de théâtre privé pour Mademoiselle Molière, la route du succès est toute tracée ! La comédie Donnant-Donnant ! de Fred Proust, dont elle est la metteure en scène, lui donne l’occasion de nous montrer une fois de plus tout l’étendu de son talent.

Vous avez reçu deux Molières en tant que comédienne l’un en 2016 et l’autre en 2019, votre réaction lorsque vous avez appris votre nomination était-elle différente à chaque fois ? vous imaginez-vous gagner un jour un Molière en tant que metteure en scène ?

J’ai pleuré les deux fois! « à chaudes larmes », comme on dit. c’est une émotion profonde qui touche à l’enfance, en tous cas pour moi. les deux fois, je me suis surprise à y croire grâce et à cause des autres : ce sont eux qui m’ont fait penser que c’était possible. Je suis quelqu’un qui doute beaucoup et j’ai en même temps une confiance sourde et secrète. J’avoue que j’adorerais gagner un jour le Molière de la mise en scène : il me semble qu’aucune femme dans le théâtre privé n’a encore été honorée de cette distinction.

En 2013 vous avez mis en scène La liste de mes envies, la pièce est encore jouée aujourd’hui au Théâtre Lepic et a été nominée aux Molières en 2014, comment expliquez-vous un tel succès ?

l’universalité du propos : qui n’a jamais rêvé de gagner au loto ? c’est le foyer de tous les possibles. Le livre est génial. L’impact émotionnel de ce spectacle est incroyable. Notre choix de faire jouer ce texte par un homme était un pari risqué mais qui a renforcé son universalité.

vous avez un parcours plutôt dans le théâtre d’auteurs classiques, en revanche, dans vos mises en scènes vous tendez vers un théâtre plus contemporain. comment expliquez-vous cette différence ?

Je ne me l’explique pas vraiment ! la mise en scène est venue à moi et ce sont les auteurs, donc vivants, qui m’ont sollicitée. Les choses se sont faites ainsi. J’ai une formation classique qui m’a donnée la chance de jouer des grands textes du répertoire mais j’ai aussi beaucoup étudié de pièces contemporaines. les deux me sont nécessaires et le classique nourrit beaucoup mon travail. Je sais qu’un jour je monterai un classique et cette fois, l’initiative viendra de moi.

Qu’est ce qui vous a inspiré pour la mise en scène de Donnant-Donnant ! ?

C’est la première fois que je mets en scène une comédie : c’est donc une prise de risque pour moi : j’aime me mettre en danger, apprendre, comprendre, explorer. c’est un art difficile et je suis très bien épaulée par Anne Poirier Busson qui a une expérience diabolique de ce répertoire.

Dans Donnant-Donnant, on parle couple mais aussi amitié. Pensez-vous que par amour et par amitié, il faut tout accepter ?

Je pense à une phrase de Jocelyne dans La liste de mes envies : « l’amour demande quelques pardons »… J’ai moi même tendance à trop pardonner dans la vie. la limite que j’ai comprise aujourd’hui c’est le respect de soi. le personnage de Romain dans Donnant-Donnant ! a ce défaut. il devra apprendre à donner des limites.

Au théâtre, entre comédiens, metteurs en scène et le public, c’est aussi donnant-donnant, non ?

Je crois qu’au théâtre, on donne en espérant autre chose : on n’a pas la garantie d’un retour. On a tellement besoin d’être désiré, reconnu, aimé : on ne cherche que ça : le regard de l’autre.

Qu’avez-vous envie de dire aux personnes pour les encourager à venir voir Donnant-Donnant ! ?

La pièce parle d’un thème très actuel avec beaucoup d’humour. Comme dans La liste de mes envies, les spectateurs se retrouvent face à un questionnement très personnel et donc universel. Et vous qu’est ce que vous feriez ?

Avez-vous des nouveaux projets en cours ?

Oui j’ai des pièces contemporaines (encore) que je souhaite monter : chaque projet est compliqué à faire aboutir : il faut une mystérieuse alchimie : la distribution, le producteur, le théâtre, le moment… Je commence à faire de l’image, ce qui m’intéresse aussi et j’espère de belles propositions de comédienne…

Vous êtes administratrice pour l’adami, vous militez pour la place de la femme  dans les arts & spectacles, est-ce que vous choisissez vos projets en fonction de vos convictions ?

Je pense que j’attire, malgré moi, des projets engagés et qui en fait me correspondent. Je crois beaucoup au destin, aux rencontres et à la force de pensée.

que faites vous quand vous ne jouez pas ?

Je fais des travaux dans ma maison en Normandie et je voyage. Mais j’avoue être une hyperactive, j’ai beaucoup de mal à ne pas travailler !

Retrouvez l’actualité du Théâtre de Paris sur : https://www.theatredesbeliersparisiens.com/ et l’actualité du Théâtre Lepic : https://theatrelepic.com/