ISABELLE GEROGES, UNE TOUCHE-À-TOUT DE GÉNIE ÉPRISE DE LIBERTÉ

Visage mutin, présence flamboyante, Isabelle Georges guide le public avec un talent étourdissant dans un voyage musical qui est un véritable hymne à la vie. Artiste surdouée, elle délivre avec Oh Là Là ! un spectacle fusion des passions qui l’animent. 

Vos spectacles sont échafaudés comme des rêves qui se réalisent. Oh Là Là – De New York à Paris est votre spectacle le plus personnel. Comment l’avez-vous conçu ?

 Oh Là là ! est né du désir impérieux d’assumer l’inclassable dans un monde où l’on étiquette, labélise à gogo. Un désir irrépressible de mélanger les thèmes, les musiques, les langues, les rythmes qui m’accompagnent depuis l’enfance. Comme un grand souffle de joyeuse liberté ! J’ai d’abord choisi des chansons essentielles pour moi. Puis, avec Frederik Steenbrink, nous nous sommes mis au piano pour trouver la substantifique moelle de chaque chanson. J’ai ensuite envisagé une première colonne vertébrale qui m’a insufflé l’écriture de situations, d’histoires vécues ou imaginées et de chorégraphies. Après une série de répétitions piano/voix, les autres musiciens nous ont rejoints pour découvrir et déployer les arrangements. 

« OH LÀ LÀ ! EST NÉ DU DÉSIR IMPÉRIEUX D’ASSUMER L’INCLASSABLE DANS UN MONDE OÙ L’ON ÉTIQUETTE, LABELISE À GOGO. »

Enfin ce fut l’heure du filage devant une poignée d’amis, entraînant quelques améliorations avant la toute première rencontre avec le public qui a eu lieu au Festival d’Edinburgh en 2015. Depuis, le spectacle ne cesse d’évoluer. 

Oh Là Là ! propose un voyage mélange des genres, du jazz au cabaret, de la pop à la musique yiddish. Aznavour, Brel, Bécaud, Nougaro, Piaf, Cole Porter, Nino Rota et trois compositions personnelles. Comment choisissez-vous les chansons qui émaillent cet éblouissant itinéraire ?

Tous mes choix de chanson commencent par un coup de foudre, un besoin irrépressible d’interpréter une chanson ! Certaines me parlent si fort que j’ai parfois l’impression vaniteuse qu’elles ont été écrites pour moi ou qu’il est de mon devoir de les interpréter aujourd’hui, là ! Mes chansons originales s’invitent comme des évidences, des élans de gratitude envers certains humains que j’ai eu la chance de rencontrer ou certaines situations vécues, en mal de résilience.

« TOUS MES CHOIX DE CHANSON COMMENCENT PAR UN COUP DE FOUDRE, UN BESOIN IRRÉPRESSIBLE D’INTERPRÉTER UNE CHANSON ! »

Comme vos idoles Judy Garland et Shirley Mac Laine, vous savez tout faire, chanteuse, comédienne, danseuse. D’où vient cet éclectisme, ce joyeux mélange où vous excellez ?

J’ai eu la chance de naître dans une famille mélomane et musicienne, humaniste et internationale. Ma grand-mère était pianiste et compositrice, ma mère chanteuse lyrique et mon père féru de littérature et de poésie, revenu d’un séjour aux États-Unis avec un bagage musical éclectique, alliant folk, jazz et comédie musicale. Et puis il y a eu des rencontres déterminantes comme le pianiste et chorégraphe de claquettes Victor Cuno, le danseur et chorégraphe Matt Mattox, le professeur de chant Jean Salamero et le compositeur Maury Yeston qui m’ont encouragée à me développer pleinement, loin des sentiers battus.

Comment s’est forgée cette belle complicité qui vous lie à Frederik Steenbrink et à vos musiciens ?

J’ai rencontré Frederik Steenbrink lors de la comédie musicale Titanic à l’Opéra de Liège en 2000. Frederik m’a alors encouragée à créer mes propres spectacles, puis il s’est très vite joint à moi grâce à notre amour commun de la musique et de la scène. Les heures de réflexion et d’écriture, les innombrables voyages et concerts ont forgé un lien de complicité irremplaçable. L’un des plus grands saxophonistes de sa génération, Adrien Sanchez, nous a rejoint en 2014 avec son inventivité et sa joie contagieuse. Le mélange de talent, de personnalité et de musicalité des dernières recrues Basile Mouton et Nicolas Grupp m’enthousiasme au plus haut point. J’ai la chance de grandir avec ces garçons, c’est un échange constant et joyeux. 

Vous êtes une passeuse passionnée, que souhaitez-vous offrir au public de plus précieux ? 

L’énergie, la joie, l’infini des possibles. Ce tout premier pas qui change tout ! Avec en tête cette citation d’Oscar Wilde « Soyez vous-même, les autres sont déjà pris ».

Par Sabine Komsta.

À LA NOUVELLE ÈVE 

Du 27 au 31 décembre.